Village saint-pée sur nivelle

Décision de construire une mairie.

Retour à la liste des délibérations

22 janvier 1792 Délibération précédent Délibération suivante
L'an 1792 et le 29ème du mois de janvier les membres composant le conseil général de la commune de St Pée étant assemblés au lieu ordinaire de leur séance le sieur DARRECHE procureur de la dite commune a dit : Messieurs la situation dans laquelle se trouve cette municipalité est autant déshonorable que désavantageuse se trouvant sans une maison commune ou l'on puisse tenir une assemblée des officiers municipaux et moins encore celle du conseil général. Notre situation est telle que nous n'avons point de lieu fixe ou nous puissions tenir nos registres et nos nouvelles lois et où nous puissions établir un corps de garde qui puisse amporter aux malveillant et où les patrouilles nous sommes forcés de faire faire pour la sureté publique depuis quelques jours pour se rassembler pour choisir entre eux un lieu de ralliement.
Chef-lieu d'un canton provisoire à la vérité mais que nous espérons cependant qui nous sera conservé attendu notre position comme étant au centre de 13 paroisses, vu l'étendue de cette commune la première du district après celle d'Hasparen qui paye le plus d'imposition et vu encore la population nous avons tout lieu d'espérer que le canton y sera définitivement fixé par leur rectification prochaine peut-être encore que d'après les suppressions des municipalités qui doivent se faire, y aura-t-il quelqu'une des paroisses qui nous avoisine qui seront réunies à la notre et ainsi il nous parait indispensable de faire bâtir une maison commune sur tout ce rapport plutôt que nous exposer à devoir payer à chaque année les frais de loyer tant pour les appartement que nous serions derale car d'occuper que pour ceux de juge de paix.
Il est vrai qu'il existe une maison commune mais elle est telle que d'après le rapport qu'il nous en a été fait par des personnes que nous avons commis pour la visiter elle n'est susceptible d'aucune réparation parce que celle qui pourrait y être fait e ne pourrait tomber qu'en pure perte menaçant ruine de tous cotés le dorsage en étant tout pourris et les murs en ruine.
Cette opération d'ailleurs pourrait se faire sans qu'il nous en coûta au delà d'une somme de 3000 livres parce que nous ne croyons pas qu'il y ait de citoyen dans la commune qui ne se fit un devoir de sacrifier quelques journées soit par lui soit en envoyant les bœufs pour le charrois des matériaux et que la pierre de l'ancien édifice puisse presque seule suffire pour le nouvel édifice.
Vous savez messieurs qu'il existe un endroit appelé TARTEA d'un couple de cette paroisse dont la commune n'a presque jamais tiré et qu'exposé aux enrichissement peut-être produire suffisamment de quoi fournir aux frais de la nouvelle bâtisse.
En conséquence de quoi je requière qu'il soit délibéré qu'il sera bâti une maison commune au lieu de place de l'ancienne dans les proportions qui seront déterminée par architecte et qu'il soit également délibéré que le lieu appelé TARTIA soit après avoir été préalablement estimé comme il est d'usage pour le produit à être employé aux frais de la nouvelle bâtisse sans pouvoir être distrait d'y employé en autre chose.
Sur quoi les membres composant le conseil général de la commune ayant égard à la réquisition du dit sieur procureur ont délibéré de bâtir au lieu et place de l'ancien une maison commune sur le plan qui en sera tiré par un architecte de dans laquelle on pourra trouver toutes les commodités nécessaires tant pour le dépôt des armes munitions que pour les salles du conseil générale de la municipalité que pour l'audience du juge de paix. De plus il est délibéré que le lieu s'appelle TARTIA sera vendu après avoir été exposé aux enchères pour le produit de la dite vente servir et être employé aux faire de la nouvelle bâtisse sans que ce produit puisse être diverti ni employé à autre chose et qu'à l'effet soit la permission soit de bâtir la dite maison commune et de vendre ce local appelé TARTIA le sieur procureur de la commune présentera sa pétition au messieurs les administrateur du directoire avec copie de la présente délibération aux fins d'obtenir leur avis et la permission de messieurs les administrateurs du directoire du département afin qu'elle puisse être amené à l'exécution.
Fait et arrêté en présence du sieur DURONEA maire, DAGUERRE Goyetche, HIRGOYEN, MITESLAN et ETCHEGARAY officiers municipaux, du sieur DARRETCHE procureur de la commune des sieurs LISSARAGUA, LARRETEGUY, CASTAIN, DUFOURGUE, DARAGORRY ainé, Jean BEHOLA, BEHOLA chirurgien, Laurent BEHOLA péretche, CHAMON, DARANCET et Gracien CASTIA notables, lesquels ont ci-signés eux qui savent et non les autres pour ne le savoir. Pour voir l'original

Rubriques du site