Village saint-pée sur nivelle

Réquisition de lits et de draps pour loger les gardes nationaux à Ciboure.

Retour à la liste des délibérations

27 novembre 1791. Délibération précédent Délibération suivante
Le corps municipal de la commune assemblé au lieu ordinaire de ses séances, après que la lecture de la lettre écrite de Messieurs les administrateurs du Directoire du District, a été faite par le secrétaire greffier soussigné, portant que par l'arrêté du Directoire du département, les municipalités circumvoisines de Ciboure sont obligées à concourir au complément de lits et casernement des gardes nationaux destinés à loger à Ciboure, que déjà cette municipalité a fourni des lits autant qu'il lui a été possible, mais qu'il y manque encore 60 paires de draps de lit de rechange, et que d'après la répartition que le Directoire venait de faire, la présente municipalité devait en fournir 13 paires, qu'en conséquence il était enjoint à la commune de Saint Pée de les remettre à la municipalité de Ciboure dès la présente reçue..........
Sur ce MM. DARRETCHE procureur et le corps municipal ont délibéré que les draps seraient fournis par des personnes nommée ci-dessous :
Le sieur DUHALDE fils, Ferrero, le sieur Curé du lieu, Dame LARRALDE, le sieur LARRONDE prêtre, le sieur d'ELISSALDIA, le sieur LOUSTEAU, Demoiselle Marichuné DARTE, Martin DIHABE, Antoine CHAMAR, le sieur procureur de la commune, le sieur maire du lieu, le sieur abbé ETCHEVERRY, le sieur de LARRONDOA officier municipal, Martin HIRIGOYEN officier municipal, le sieur ETCHEVESTE médecin, le sieur de GARTELA, le sieur d'OYHARZABAL Camiet vieux, le sieur LARRALDE HAROSTEGUY, le sieur CERTAIN, le sieur Jean ETCHEGARAY officier municipal, le sieur Jean MESTELAN officier municipal.
A la charge par tous ceux qui viennent d'être nommés de marquer chacun son linceul, afin qu'il lui soit rendu lorsque le gouvernement aura pourvu au logement des sieurs gardes nationales et volontaires casernés au ci-devant couvent de Ciboure.
Au surplus le corps des officiers municipaux a délibéré qu'au cas que quelqu'un fut assez mauvais patriote pour se refuser à en fournir sur l'invitation qu'on lui ferait, qu'il en serait de suite dressé procès-verbal sur son refus, pour être envoyé au département.
Fait et arrêté ce dimanche 4 décembre 1791 en présence de sieur DURONEA;;;;;; Pour voir l'original

Rubriques du site