Village saint-pée sur nivelle

La benoîte d'Amotz refuse de se plier à l'arrêté municipal. La force publique agit.

Retour à la liste des délibérations

19 octobre 1791. Délibération précédent Délibération suivante
Les officiers municipaux de la commune de Saint Pée, étant assemblés au lieu ordinaire de leurs séances en présence du sieur DARRETCHE procureur de la commune. S'est présenté devant eux, sieur Jean MOLERES l'un des officiers municipaux de la commune, lequel a dit qu'en vertu de la délibération du 14 courant par laquelle il a été nommé commissaire pour attester à la réalité des comptes des effets dont la benoîte de la chapelle d'Amotz pouvait être dépositaire, il s'est rendu ce jour chez elle pour lui faire rendre compte et qu'il n'a pu voir sans indignation qu'elle s'y est refusée en se mettant encore à l'injurier et lui disant qu'elle ne rendrait le dit compte pas avant qu'on lui restitue son aumône totale, que sous son refus, son premier empressement a été de se rendre devant nous en faire le rapport. Sur quoi les membres du bureau, après avoir entendu le sieur procureur de la commune considérant qu'une pareille désobéissance ne peut rester impunie, ont délibéré d'envoyer le valet de la commune chercher de nouveau les effets dont est dépositaire la benoîte de la chapelle d'Amotz avec quatre gardes nationaux que le sieur DUHALDE leur commandant serait requit d'envoyer chez la benoîte, pour être conduite devant nous, et être ensuite statué par nous ce qu'il appartiendra.
Et au même moment, tant le valet de la commune, que les 4 gardes nationaux étant partis pour chercher la benoîte elle-même et les effets dont elle est dépositaire, séance tenant, la benoîte est arrivée, accompagnée des gardes nationaux et du valet de la commune partant les effets dont suit la liste :
- un calice avec sa patène et la boite,
- deux chandeliers de cuivre,
- deux aubes et leur mitre,
- 10 purificatoires,
- une boite d'osties,
- 2 devants d'autel, et ............
- une dentelle pour le devant d'autel,
- un morceau de toile peinte pour .........
- deux ........ dont l'un de soie et l'autre de papier,
- deux chasubles......
- une croix de cuivre,
- quatre bouquets de papiers,
- 33 ...... de ruban,
les dits effets ayant été remis, la benoîte en a été déchargée. Il a été ensuite délibéré que tout serait remis à la sacristie, pour servir en l'église du présent lieu et que lorsqu'il y aurait quelques prêtre conformiste qui voudrait dire la messe à la chapelle d'Amotz, il y ferait porter tout ce qui lui serait nécessaire pour la célébration et le ferait ensuite rapporter à la sacristie de l'église paroissiale. Cela fait, il a été ordonné aux quatre gardes nationaux, de conduire la benoîte en prison, pour 24h seulement, pour fait de la désobéissance et il lui a été enjoint d'être plus respectueuse à l'avenir. Pour voir l'original

Rubriques du site